RÉINVENTER
LA ROUE.

Certains les adorent, d’autres les détestent. Cependant, il est indéniable que les voitures influencent nos décisions de voyage et d’achat. Elles ont également un impact radical sur la conception et la construction des centres urbains. Les rues, les voitures et les parkings sont des éléments clés dans l’esprit de tout urbaniste sur le point de lancer un projet. Et pourtant, les sources de préoccupation liées aux voitures ne manquent pas, par exemple les embouteillages et leur impact sur la santé, ou le bien-être et la qualité de vie des habitants et des automobilistes. C’est ainsi que les fabricants et entreprises technologiques sont entrés en jeu dans la planification urbaine.

UN AVENIR
DE PARTAGE.

LES VÉHICULES AS-A-SERVICE

Les services à la demande et les modèles de consommation ne sont pas nouveaux dans l’industrie du transport. La famille Thurn und Taxis a fait fortune en Europe en développant des réseaux de transports sécurisés basés sur la formule de paiement à l’utilisation. Le covoiturage est un phénomène, pas si récent, qui prend de l’ampleur (et gagne en visibilité) dans les zones urbaines du monde entier. Dans de nombreux pays développés, les urbanistes cherchent désespérément à réduire le nombre de véhicules sur les routes. Ils tentent de convaincre les automobilistes de renoncer au luxe d’une voiture qui dort dans un garage et d’opter pour le covoiturage, bien plus économique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2016, on comptait environ 44 millions de covoitureurs aux États-Unis ; en 2021, ce chiffre devrait quasiment doubler et dépasser les 86 millions.

Le covoiturage n’est possible que grâce aux solutions IIoT digitales qui permettent de contrôler les véhicules, de les localiser et de renseigner des informations sur la sécurité dans les applications, mais aussi de détecter les éventuelles pannes et les problèmes de maintenance. Les voitures autonomes, proposition la plus révolutionnaire mais aussi la plus controversée de l’industrie automobile cette dernière décennie, pourraient à terme remplacer nombre d’options de covoiturage. Même les taxis et de nombreux moyens de transport public pourraient être remplacés par des technologies high-tech autonomes.

LE RÊVE
DE L'ÉLECTRIQUE.

CONCEVOIR L’AUTOMOBILE DE DEMAIN

Les progrès continus des voitures autonomes et le nombre croissant d’options de covoiturage transforment radicalement l’industrie automobile. D’un côté, des questions (et réglementations) environnementales forcent les constructeurs à délaisser les moteurs à combustion pour l’électrique. De l’autre, le covoiturage et les services d’autopartage font entrer de tout nouveaux acteurs dans l’industrie automobile (dont Apple et Google). Les voitures électriques ont cependant besoin de batteries, d’espaces de stationnement et de bornes de recharge, ce qui représente un défi sans précédent pour les constructeurs et les urbanistes. Pour exploiter ces possibilités, les solutions IIoT sont essentielles. Des systèmes de contrôle, de maintenance et de sécurité digitalisés sont indispensables pour développer un réseau suffisamment large, et faire des véhicules électriques et du covoiturage des alternatives attrayantes pour tous, même les plus fervents amateurs de voitures.

DES INNOVATEURS.

INNOVATION DANS L’INDUSTRIE AUTOMOBILE

Il se passe rarement une semaine sans que l’on annonce une innovation ou des avancées technologiques en lien avec les voitures électriques ou les modèles de service basés sur les systèmes digitaux IIoT. Il est même aujourd’hui possible de construire une voiture avec une imprimante 3D. Il y a environ quatre ans, la première voiture imprimée en 3D, la Strati deux places, a été imprimée à partir de plastique renforcé en fibres de carbone en seulement 44 heures. Les nouvelles imprimantes 3D étaient déjà si performantes que même le châssis a pu être imprimé. Bien entendu, la possibilité de télécharger et d’imprimer sa propre Ferrari à partir d’un site Internet n’est pas pour demain, mais cet exemple démontre que les constructeurs doivent rester ouverts aux nouvelles opportunités, sans quoi ils risqueraient de perdre le marché face aux nouveaux acteurs de la tech. Le dropshipping, la diversification des marchés et les changements de réglementations ont également eu un impact conséquent sur les modèles de construction automobile traditionnels. Les entreprises qui se retrouvent aujourd’hui avec un stock gigantesque de véhicules diesel invendables sur les bras ne sont que trop conscientes des risques liés à une logique de construction traditionnelle.

Nous nous sommes associés à l’entreprise Aluvation pour optimiser son modèle révolutionnaire de fabrication industrielle as-a-Service grâce auquel elle met sa chaîne de traitement thermique de l’aluminium à la disposition de ses clients directement dans leurs usines. Ce processus permet aux clients de gagner de l’espace et de réduire les coûts, car ils ne commandent la chaîne de production que lorsqu’ils en ont réellement besoin. Cela ouvre la voie à cette idée révolutionnaire qu’il pourrait bel et bien exister, à l’avenir, un système de production automobile à la demande efficace et rentable au niveau local. Il faut environ une semaine à Aluvation pour mettre en place sa chaîne mobile de traitement thermique, au lieu des 6 à 12 mois généralement nécessaires. Au vu de ces progrès incroyables, le jour où vous pourrez télécharger et imprimer la voiture de sport de vos rêves n’est peut-être pas si loin.

LE TRANSPORT
DIGITAL.

EFFICACITÉ DE LA PRODUCTION AUTOMOBILE

En attendant que l’avenir frappe à notre porte, les possibilités d’augmenter l’efficacité et d’améliorer l’orientation des clients et du marché sont quasiment infinies dans l’industrie automobile. Une plus grande efficacité, cela veut évidemment dire des voitures plus fiables et moins chères. La digitalisation de la construction automobile ne consiste pas seulement à faire des économies, mais aussi à exploiter les systèmes pour perfectionner les processus de maintenance et de conception. Les véhicules intelligents s’améliorent à mesure que l’on en élimine les défauts. Une plus grande efficacité de production permet également de réduire la quantité des matériaux utilisés et le gaspillage des ressources. Renault a récemment commencé à recycler ses batteries en les vendant à l’entreprise Powervault, qui les utilise pour stocker l’énergie domestique à distance en heures creuses et alimenter le réseau en heures pleines. Les technologies et la vision IIoT créent de nouveaux modèles économiques et de service (rachat et revente d’équipements) et facilitent le stockage de l’énergie (contrôle des niveaux d’énergie sur les différents sites de stockage).

Même les fabricants et fournisseurs traditionnels de pièces détachées peuvent tirer un grand profit de la digitalisation. L’expérience d’Aluvation est une réussite qui peut être reproduite : en mettant à niveau les chaînes de production et en visualisant les processus de production existants, tout constructeur automobile peut devenir une entreprise plus dynamique tournée vers l’avenir. L’efficacité et les économies peuvent permettre aux responsables de contrôler la production et d’explorer de nouveaux modèles économiques ou de nouvelles gammes de produits.

La transformation digitale ne consiste pas seulement à améliorer la production automobile ou la conduite, elle va également changer la façon dont nous construisons nos villes et y vivons. Bien que ces changements soient en grande partie dus à l’impact négatif des voitures sur les centres urbains, les nouvelles technologies nous connectent à un avenir où les voitures, les constructeurs automobiles, les citadins et les urbanistes bénéficieront tous de la transformation digitale des transports.

Les cookies que nous utilisons sur nos sites nous permettent d’améliorer votre expérience utilisateur sur Internet et d’optimiser nos services en ligne. Il s’agit notamment de cookies indispensables d’un point de vue technique, sans lesquels le bon fonctionnement des sites ne pourrait être garanti. Certains nous permettent également de réaliser des évaluations statistiques (dont nous rendons les données anonymes) sur la portée de nos sites. Pour en savoir plus sur les cookies que nous utilisons et savoir comment refuser leur utilisation dans le cadre d’évaluations statistiques, consultez notre politique de confidentialité.